Adolphe Louis GAUSSEN (1871-1954) Adolphe Louis GAUSSEN (1871-1954)

Vue du Vieux-Port de Marseille très animée prise du quai des Belges. Huile sur toile. Signée en bas à droite. 122 x 202 cm. Provenance: Ancienne collection société Marie Brizard.Né à Marseille en 1871, Adolphe-Louis Gaussen étudie à l'Ecole des Beaux-Arts auprès de Guindon, Magaud et Maistre, mais c'est Olive qui, à Paris, lui donne l'impulsion décisive. Comme lui, il sera peintre de marines, attentif au spectacle changeant de la Méditerranée, dont il déclare: « la mer est si belle et je l'aime avec tant de force; mon seul désir est qu'une de mes toiles, un jour, puisse donner la preuve de cet attachement ». Gaussen multiplie les vues du Vieux-Port de Marseille et les représentations de la côte où la mer houleuse se déchaîne sous un ciel plombé. Il aime aussi construire ses corniches agrémentées de pêcheurs sur de puissantes diagonales: ainsi, Beau temps, exposé au Salon de 1900. Sa gamme « où vibrent tous les violets et tous les fauves évanouis de la lumière des paysages marseillais », est aussi riche, mais moins lumineuse que celle d'Olive. Plage du Prado lui vaut en 1913 la médaille d'or au Salon des Artistes Français. De sa formation académique, il garde une correction de dessin qui lui assure la Légion d'Honneur, le titre, en 1928, de peintre officiel de la Marine, puis le poste de conservateur du musée Cantini. Cette spectaculaire Vue du Port de Marseille, prise du Quai des Belges est un témoignage de son aptitude à renouveler les points d'observation par des procédés dérivés de la photographie, asymétrie et cadrage tronqué produisant une vue « naturelle », conforme aux données des sens. L'artiste opère aussi une relecture de la célèbre vue de Joseph Vernet, Intérieur du Port de Marseille, 1754 (Paris, musée de la Marine) en associant le pittoresque du port à la mixité des personnages et la récapitulation des statuts sociaux. Le quai est une scène propice au transbordement des marchandises, mais aussi une chaussée évoquant le tohu-bohu parisien des Grands Boulevards. Chez ce peintre, sûr de son métier, le travail naturaliste de reportage - notons la modernité du kiosque constellé d'affiches -, confirme que Marseille est un port en effervescence qui vit au rythme de ses échanges maritimes. Jean Roger Soubiran

Accès abonné
Tous les lots de la vente aux enchères
En savoir plus
Le résultat de ce lot / l'estimation de ce lot