KHNOPFF, Fernand (Grembergen 1858-1921 Bruxelles)

Une tête ailée. 1909. Héliogravure, 12,5 x 7,9 cm, sertie d'un fin filet doré, sur Japon à bonnes marges (19,5 x 27,6 cm, plis dans les coins inf. bords lég. foncés), monogramme dans le coin inf. dr., dédicace signée sous le TC à la mine de crayon. Rarissime épreuve datée 1909. Ollinger-Zinque répertorie cette composition au trait noir qu'elle date de 1911 (en référence à la 1re mention trouvée de cette oeuvre, en l'occurrence dans le catalogue du « Salon de Printemps » tenu au Cinquantenaire) et comme « dessin à la plume » (dénomination reprise à une des 4 sources extérieures citées mais cette dernière appellation, mise à juste titre entre guillemets, est à mettre en doute). Il existe plusieurs tirages de cette héliogravure, tous sur Japon et cernés d'un filet doré mais tous datés de 1911 (cfr. renseignements aimablement fournis par Mme Ollinger-Zinque). Celui qui est reproduit dans le catalogue comporte des petites taches dans le bas, sous l'oeil, dans le profil de la gorge mais ces défauts seraient dus à l'imprimeur, tout comme l'impression d'un mauvais encrage dans le coin inf. droit. Envoi autographe signé par l'artiste « à/ Madame Errera/ respectueusement/ Fernand Khnopff/ Déc. 1909 ». Isabelle Errera, née Goldschmidt (1869-1929) fut collectionneuse de textiles et mécène. Avec son mari, Paul Errera, juriste et recteur de l'ULB, elle tint un salon et soutint les artistes de La Libre Esthétique dont Fernand Khnopff qui fit d'ailleurs son portrait en 1893. Paul Errera lira l'éloge funèbre du peintre à l'Académie Royale des Beaux- Arts le 1er décembre 1921. # Ollinger-Zinque, n° 492. Joint, 3 petites lettres ou mot du même à Isabelle Errera: (1) Mot sibyllin, bifolio in-16°: « Kaiisa ne pouvait se consoler du départ d'U./ « Silence ». En voyez ce y une paraphrase », signature monogrammée. Une autre main précise « fait partie du Zèbre de Knopff [sic] », (2) « Madame, Je viens de porter « La Conscience » que j'ai fait encadrer selon votre désir. Le chiffre de 500 vous convient-il? [...] », (3) « C'est la série noire! Le Devoir me retient au théâtre ce soir [...] « Dura legs, sed legs » aurait dit l'empereur Hadrien [...] »

Accès abonné
Tous les lots de la vente aux enchères
En savoir plus
Le résultat de ce lot / l'estimation de ce lot