Ernst Schmit, chevalier de TAVERA (1839-1904) diplomate austro-hongrois

84 L.A.S., 1886-1895, à la princesse Catherine Radziwill; 347 pages formats divers, qqs en-têtes Imp. & Royal Austro-Hungarian Legation, une vignette. Importante correspondance. Ces lettres souvent humoristiques du «dévoué serviteur» de la princesse sont écrites de Berlin, Venise, Paris, New-York, Washington, Tunis, Rio de Janeiro, Pétropolis, Vienne, Salzburg... Le diplomate y dénonce des collègues exaspérants et l'illogisme de son ministère, plaisante à propos d'une cantatrice suicidée, se moque du nouvel ambassadeur de France à Berlin, Maurice Herbette... Il raconte avec drôlerie les menues aventures de son voyage à Vienne pour se faire nommer à Washington, au début de 1887, et se réjouit des confidences qu'il pourra recevoir désormais par la poste: «Vous pourrez me raconter sans doute, ce que Alexandre le Grand vous a dit. [...] la Légation d'Autr. Hong. à Washington garantit le mystère comme les prêtres dans les beaux jours de l'Égypte n'ont jamais mieux su le faire» (13 février 1887)... Impressions sur le vif de son voyage transatlantique, puis de l'accueil et des moeurs parfois choquantes des Américains... Nommé en 1894 à la légation du Brésil, il y admire la nature mais non les «brutes» du pays; il multiplie les aperçus d'«une race dégénérée», «la plus misérable population de la terre»; anecdotes sur Don Pedro... Remarques sur les chances de guerre en Europe, le Kulturkampf allemand; explication de la perte de la Bulgarie par la Russie... Il approuve la France qui tient tête à la Prusse, mais critique ses soldats, peu fiers, affaiblis par la République; prévisions sur Bismarck et le futur empereur; échos de scandales dans le monde diplomatique, et d'autres histoires amusantes... Etc

Accès abonné
Tous les lots de la vente aux enchères
En savoir plus
Le résultat de ce lot / l'estimation de ce lot