ALAIN DUPUIS (1938-2006) ALAIN DUPUIS (1938-2006)

PUZZLE SUR FOND NOIR (N° inventaire 988 M) Miniature Textile Tapisserie en laine tuftée main appliquée sur carton Signée et titrée au dos du montage Numérotée EA 1 au dos du montage 43,5 x 58,5 cm Alain Dupuis est un artiste qui a rendu ses lettres de noblesse à la tapisserie et en a profité pour la dépoussiérer. De la réalisation textile décorative d'ameublement, classée dans les arts décoratifs, il a fait de cet ouvrage un art à part entière. Au détour d'un fil oublié, il a tissé un lien véritable avec l'Histoire qui, une fois tendu, en a fait la trame de son métier. Restée au coeur des préoccupations contemporaines, la tapisserie se retrouve chez les plus grands artistes du XXème siècle: Matisse, Léger, Vasarely, Manessier, Picasso, Braque et tant d'autres, en ce qu'elle s'inscrit dans l'histoire d'un siècle qui sollicite le mural, le collectif, le monumental. Un peu à la manière des Primitifs italiens, l'art de la tapisserie est également un art de commande qui emprunte la création d'un artiste et l'accouple au savoir-faire d'un autre. L'idée rejoint la Tekné. Dupuis s'est plu dans ses oeuvres à rendre hommage à ceux qui l'avaient précédé tout en apportant à cet art ancestral une grande fraîcheur et une révolution certaine. En 1964, il fait quitter à la tapisserie le Moyen-Age, en déposant un brevet. «Un principe simple consistant à coller des matériaux textiles de toute nature sur un support toilé sur lequel l'oeuvre à réaliser a été préalablement tracé. Les fibres maintenues par une colle provisoire de montage sont piquées par un fil dont la couleur a été choisie avec soin, perpendiculairement aux fibres ou suivant un tracé prévu dans le projet, tramant et structurant l'ensemble. Une machine à «torsader» a permis auparavant de fabriquer tous les mélanges nécessaires dans des couleurs et des matériaux naturels ou synthétiques, qui accentuent la richesse et les caractères de l'ensemble. La technique a progressé rapidement devant les préoccupations variées de cent cinquante artistes qui y ont fait appel, ceux-ci ayant en commun le goût du mur et de la laine, plus que l'appartenance à une école ou une tendance» explique-t-il. La «mise en laine» devient peu à peu la «création en laine» puisque l'artiste peut modifier à chaque instant son projet initial. La laine s'adapte au dessin. Le sens du collage épouse alors les mouvements du peintre, le piquage devient graphisme...Ses réalisations personnelles ou celles que d'autres artistes lui proposent avec confiance voient le jour dans son atelier, qui ne désemplit pas. Fleury, Licata, Gilioli viennent régulièrement s'inspirer chez lui. Respectueux, Dupuis sait que pour la tapisserie murale, l'inspiration est aussi fonction du lieu. Attentif, cet ancien muraliste qui travaillait jadis le vitrail, laisse éclore sa création avec un recueillement digne de Lurçat, dont il admire l'OEuvre. En couvrant la surface textile de motifs colorés, Dupuis propose un hymne renouvelé à cet art empreint de patience. Affranchi du passé, Alain Dupuis a su relier l'exigence esthétique à la nouveauté artistique. Ses écheveaux de laine continuent ainsi à nous raconter des histoires, comme une pelote que l'on déroule, mais il permet aujourd'hui à l'artiste qui choisit cet art ce qui lui était autrefois interdit: le repentir

Accès abonné
Tous les lots de la vente aux enchères
En savoir plus
Le résultat de ce lot / l'estimation de ce lot